nouvelles

Prograin avec des producteurs de soya au Japon

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPrograin exporte annuellement au Japon des milliers de tonnes de soya destinées à la consommation humaine. L’entreprise de Saint-Césaire vient de renforcer de façon significative ses liens avec son client nippon. Du 27 février au 8 mars dernier, pas moins de 21 producteurs québécois de soya ont eu l’immense privilège de séjourner dans l’Empire du Soleil levant.

 

Au menu de ce voyage mêlant affaires et tourisme : visite chez des transformateurs, atelier de fabrication de tofu et découvertes culturelles riches en dépaysement. Mais avant tout, les agriculteurs de la Belle Province ont pu rencontrer ceux et celles à qui s’adresse leur soya de l’autre côté de l’océan Pacifique.

 

Par avion, en autobus et en TGV, la délégation québécoise, composée de 21 agriculteurs et de quatre employés et cadres de Prograin, a sillonné le centre de l’archipel japonais. De Kyoto à Osaka, en passant par Tokyo.

 

Maxime Gratton, directeur de territoire pour l’Ouest du Québec chez Prograin, est on ne peut plus heureux de son expérience. « Nous avons eu un accès privilégié à deux usines de transformation » , dit-il. « Nos clients japonais nous ont démontré leur sérieux. L’accueil a été très chaleureux. »

 

Isabelle Malo, coordonnatrice à l’exportation, ne peut que renchérir. « Que les producteurs québécois aient pu rencontrer et discuter directement avec les transformateurs japonais est à mon avis un plus. Et le fait que ces mêmes transformateurs mettent en lumière l’importance de la qualité ne fait que conscientiser les producteurs d’ici à se dépasser », explique-t-elle.

 

Alain Létourneau, président de Prograin, se félicite de son initiative. « Nous savions qu’en organisant un voyage au Japon, nos producteurs vivraient toutes sortes d’émotions. Je voulais qu’ils rencontrent nos clients japonais dans leur environnement pour qu’ils comprennent la mentalité axée sur la qualité et l’innocuité alimentaire. Ils ont pris conscience que leur soya est consommé par des millions de personnes », dit-il.

 

Evelyne Ferland et son conjoint Sébastien Ricard sont de jeunes producteurs de soya établis à Saint-Alexis-de-Montcalm, dans la région de Lanaudière. Leur voyage au Japon a été dépaysant et riche d’un point de vue culturel. « Ça nous a fait plaisir de voir que notre travail est apprécié », soutient Mme Ferland. « Aussi, ce voyage nous a permis de mieux connaître l’équipe de chez Prograin. Ce sont des professionnels qui sont passionnés par ce qu’ils font. »

 

Malgré le décalage horaire, Daniel Belval a lui aussi apprécié son séjour dans l’archipel nippon. « Même si les Japonais apprécient notre soya, il ne faut rien tenir pour acquis ; il faut continuer à travailler fort si on veut garder notre place », dit celui qui consacre 50 acres à la culture du soya à Sainte-Hélène de Bagot, près de Saint-Hyacinthe.

 

Tous s’entendent pour dire que l’accueil des Japonais a été des plus chaleureux. Et que la visite des temples, la dégustation de mets typiques, la nuitée dans un hôtel traditionnel et l’expérience des bains thermaux « Onsen », ont tous, entre autres activités, été mémorables.

 

 

FAITES PARTIE DE NOTRE MONDE : INSCRIVEZ-VOUS » ZONE CLIENT   NOUS JOINDRE 1 800 817-3732